Jobs jobs jobs ?

C'est la haute saison pour les jobistes !

Où chercher ? Comment me faire aider ? En quoi consiste le travail étudiant ? Quels enjeux s'y cachent ?

Quelques éléments d’infos et de réflexion pour toi. C’est cadeau !

 

jobetudiant gratisography 338 thumbnail

 

C’est quoi le travail étudiant ?

Ce sont des contrats particuliers, limités dans le temps, entre une boîte et un·e étudiant·e.

C'est donc avant tout un contrat de travail mais pour lequel des règles spécifiques s'appliquent par rapport au temps de travail, au revenu, aux mineurs d'âge...

Il faut aussi être attentif aux conséquences possibles d'un revenu sur le statut de personne à charge de l'étudiant·e, sur les allocations familiales, la mutuelle, les impôts notamment.

Tu trouveras des infos sur le contrat en question sur le site d’Infor Jeunes, ainsi qu’un résumé des règles qui s’y appliquent.

 

Comment chercher ?

Les agences intérims sont une piste mais il en existe d’autres !

Voici une liste de liens pour chercher un job étudiant.

Il existe aussi un moteur de recherche spécifique aux offres d'emploi.

Sinon, en Région bruxelloise, le service JEEP (pour Jeune, École, Emploi : tout un Programme) peut t’aider dans tes démarches : rédiger ton CV, ta lettre de motivation, connaître tes droits, te préparer aux entretiens, mettre au point ta stratégie de recherche...

Ils proposent une boîte à outils pour te lancer de ton côté ou un accompagnement via des ateliers dans les Missions locales.

Mais attention, le service n'est disponible que du 1er janvier au 17 juillet !

 

De l’aide pour postuler…

Si tu n’optes pas pour un service d'accompagnement, n’hésite pas à te faire aider dans tes recherches par des ami·e·s, ta famille, mais aussi par des associations comme Infor Jeunes, les AMO (des services de proximité qui peuvent t’accompagner dans pas mal de démarches et de questions), les maisons de quartier, les Missions locales...

 

Le travail étudiant, un must ?

Alors, un job d'étudiant·e,c'est LE plan en or ?

C'est sûr que ça peut être précieux pour les jeunes qui doivent payer leurs études, leur kot... Ou se faire un peu d’argent de poche pour les vacances, se payer une entrée en festival, un nouveau téléphone... D'autant que les revenus sont peu imposés (peu de cotisations : le net est proche du brut).

C'est aussi une aubaine pour les entreprises qui, elles non plus, ne paient quasi pas d’impôt sur ces « petits contrats ».

Tout le monde s'y retrouve alors ?

Dans l'immédiat sans doute. Mais en prenant un peu de distance, le travail étudiant peut aussi soulever des questions.

Par exemple : ces contrats entrent-ils en concurrence avec des « vrais contrats » ?

D'un point de vue individuel, sans doute pas. Car une entreprise ne peut pas embaucher un·e jobiste à la place d'un·e employé·e à cause des plafonds d'heures et de rémunération.

Mais les avantages (flexibilité, moindre coût) peuvent inciter les entreprises à privilégier DES jobs édutiants par rapport à UN emploi stable. D'un point de vue collectif, la réponse est donc moins évidente...

 

Travailler pour étudier, c'est normal ?

Le travail étudiant pose aussi toute une autre série de questions. Car beaucoup de jobistes n'ont pas d'autres choix que de travailler pour financer leurs études, leur kot, etc.

Les bourses ne suffisent-elles pas ? Leur accès est-il trop restreint ?

Les étudiant·e·s sont-ils égaux face aux études selon les ressources de leur famille ?

Ces jobs nuisent-ils à l'implication dans les études et donc aux chances de réussite ?

Quelles pistes existent pour soutenir l'autonomie des jeunes sans forcément passer par la case jobiste ?

D'autant plus que les faibles cotisations sociales prélevées sur les jobs étudiants n'alimentent que très peu les caisses (la sécurité sociale) qui pourraient servir à soutenir ces étudiant·e·s...

Les syndicats étudiants et les jeunesses syndicales réfléchissent entre autres à ces questions. Les Jeunes CJC ont par exemple un chouette dossier sur le travail étudiant.

 

Et toi, tu en penses quoi ?

Fais-nous part de tes expériences, de ton avis sur la page Facebook du Pavé.


Imprimer   E-mail